top of page

Créer des jardins en limitant les déchets

L’aménagement paysager dans son ensemble est un secteur en plein essor qui s’adresse aujourd’hui à un public toujours plus large. Cependant imaginer et créer de beaux espaces de vie extérieurs ne doit pas se faire au détriment de l’environnement, petit tour d’horizon sur le sujet.


Une entreprise familiale comme la nôtre a depuis toujours eu à cœur de limiter les déchets dans un principe de réutilisation maximal. Les anciens pensaient ainsi naturellement, car produire de nouvelles matières était autrefois plus long et plus coûteux, l’économie au quotidien de la famille comme dans le travail était donc un réflexe naturel.

Néanmoins avec l’accroissement de la rapidité de production et la réduction des coûts liés à l’ouverture de marchés mondiaux, une période de surconsommation a vu le jour où il était plus économique de jeter et de racheter plutôt que de chercher à valoriser. Ce triste élan a hélas engendré de nombreuses contaminations de milieux naturels et agricoles pendant des années et heureusement aujourd’hui des mesures sont mises en place pour d’une part informer largement les acteurs des secteurs privés et publics des risques pour la nature et d’autre part pour veiller à limiter les pollutions dites sauvages.


Dans le cadre de cette recherche de valorisation, il y a tout d’abord des gestes simples réalisables par tout un chacun qui peuvent être posés comme réfléchir à la réutilisation possible d’un matériau avant de songer à son recyclage. C’est par exemple le cas des vidanges de béton ou de bois qui restent après les chantiers et que nous prenons soin de trier et de conserver dans notre cour pour les réutiliser avec leur fonction d’origine ou en l’adaptant à un nouveau besoin. Ainsi les chutes de bois pourront servir de petits coffrages ou encore de garde-corps temporaires sur les patios, les blocs de béton s’ils sont entiers serviront pour les garanties et sinon seront valorisés dans des sites dédiés à leur recyclage. De même pour les matériaux non contaminés comme les graviers, roches ou encore la terre excavée sur chantier qui pourront être réutilisés pour de futurs projets.


Les produits plastiques sont quant à eux limités au maximum en retournant au fournisseur les pots de végétaux qui peuvent aussi servir au rempotage lors de la séparation de l’automne, les autres déchets divers sont rassemblés dans les poches de paillis puis stockés pour être ensuite envoyés au recyclage.


Les végétaux peuvent être broyés ou encore stockés pour les laisser se décomposer naturellement et produire de la matière organique étant biodégradables.


Pour tous les produits d’excavation, il est aujourd’hui obligatoire qu’ils soient composés d’un seul type de matériau et de faire réaliser des tests avant d’envoyer un camion sur les sites de « vidanges » afin de définir s’il y a contamination et ainsi le diriger vers le site adapté. Ces tests sont réalisés par une entreprise indépendante et définissent le coût du recyclage des évacuations. Ainsi, c’est par le côté financier que l’on encourage les entreprises à minimiser leur empreinte écologique dans le cycle de gestion des déchets mais, c’est sur le long terme une création de bonnes habitudes et de réflexes naturels que l’on cherche à créer.


Car après tout, nous ne sommes que les hôtes de cette belle terre et veiller à son bien-être est essentiel à notre présence même sur son sol.

Kommentarer


bottom of page